paris

Hier, samedi 14 Novembre 2015. mon coeur a saigné. Comme celui d'une grande partie de l'Humanité.

J'étais brisée, sans voix, vide. J'avais la gueule de bois. J'étais errante dans ce cauchemar depuis la veille.

Je voulais juste que le monde se taise, je voulais le silence. Je voulais prier pour ceux qui sont partis sans raison, pour ces vies arrachées.

Aujourd'hui, je me suis reveillée pleine de vie, d'amour, de bienveillance.

Vivante pour ceux qui ne le sont plus.
Lumineuse contre ceux qui sont dans l'obscurité.
Aimante contre ceux qui ne sont que haine.

Au plus profond de moi, je me sens baignée de cet amour. Il ne guérit pas le chagrin. Il me fait rester debout, simplement, droite.

Je ne chante jamais la Marseillaise, je ne le ferai jamais.

J'aime notre Drapeau, et notre devise. Je suis croyante. Mon Dieu est Amour. J'ai le droit de croire.

J'ai le droit d'aimer. J'ai le droit de pleurer. J'ai le droit de choisir de rester debout. J'ai le droit de rire, de danser, de boire, de penser.

J'ai le droit d'écrire et de ne pas oublier.

Pour eux, pour moi, pour nous.