Le coeur de la Myrtille

10 avril 2016

Je suis blogueuse et je le reste !

Untitled design (1)

Le temps a passé. Vite souvent. Et ce matin, voilà que l'envie d'écrire ici m'a chatouillé si fort que j'ai décidé de reprendre la plume et de vous donner rendez-vous tous les dimanche pour un billet d'humeur, garanti sans SEO, sans UX, sans référencement, sans mots-clés, sans hashtags, sans recherche de Like, de comm', de fans, de followers. 

Rien. Nada. 

Parce qu'ici, ça a toujours été l'endroit dans lequel je vous raconte des choses, pas pour obtenir des trucs mais juste pour le plaisir. Ceux qui me lisent depuis longtemps le savent bien, j'aime écrire. Sur rien. Sur tout. Je ne teste pas de crèmes, je ne visite pas de lieux, je ne vous donne pas de recettes de cuisine, je n'expose pas mes photos parfaites. 

Un blog oldschool donc. Limite vintage. Les codes ont évolué, on analyse, on traque, on influence. Mais pas ici. Ici, c'est chez moi alors je fais ce que je veux.

Maintenant que j'ai ma boîte, j'ai aussi un blog d'entreprise. Tout bien codé. Tout bien calculé. Enfin... j'applique les conseils, je webmarkette, j'étudie les algorythmes, je me prends la tête sur les stats. C'est un travail.

Ici, je ne travaille pas, je pose mes mots, ça ne sert à rien, sauf à me faire écrire.

La blogosphère a changé. Comme partout, il y a du bon et du mauvais. Il y a les agaçantes, les drôles, les jalouses, les gourmandes, les curieuses, les jolies, les sportives... Comme avant. Mais les enjeux ne sont plus les mêmes.

Donc, voilà, je suis blogueuse, en pointillés, en OVNI, en liberté.

Et je vous dis à dimanche prochain pour un vrai post :)

 

 

 

Posté par myrtille34 à 11:45 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , , ,


17 janvier 2016

Et en 2016 ?

sunny-summer-lake-river-medium

Depuis mon dernier billet, écrit tristement après les attentats du 13 novembre, je n'ai plus eu le coeur de reprendre mes petits billets. Ni le coeur ni le temps.From Scandifornia venait de prendre son envol, il y a eu tant à faire ! 

Puis sont arrivées les fêtes, beaucoup de commandes, c'était chouette, de stress ( moins chouette, mais j'apprends à le gérer !) et pas tellement de joie pour terminer l'année.

Puis le mois de janvier, creux. Me demandant un effort surhumain d'imagination pour communiquer, trouver des clients, obtenir encore et toujours le soutien de mes amis, analyser les stats, faire des projections dignes de Madame Irma...

Je suis une apprentie appliquée, je mets beaucoup d'énergie et d'enthousiasme dans mon projet, et je saoule probablement tout le monde avec ça !! Je suis fière de ce que j'ai créé, même quand je traverse des heures de découragement, quand l'impatience prend le dessus, quand la trouille s'empare de mes nuits.

Fière. Je ne l'ai jamais été tellement, tellement prompte à souligner mes échecs, mes erreurs... Mais je le deviens ! Quand on parle de ma société, quand mes clients sont contents, quand je regarde le chemin parcouru ces derniers mois.

Oh, ma vie n'a pas tellement changé, je cours toujours après le temps, tout en en gaspillant bêtement. Je continue à attacher trop d'importance à ce que je n'ai pas au lieu de me réjouir de ce que j'ai et à faire mille plans dans ma tête !

Alors 2016 ? Je l'appréhende. Peur que mon projet ne survive pas. Peur de repasser une fin d'année aussi triste qu'en 2015.

Mais..... je ne peux pas permettre de laisser parasiter et paralyser par cette peur ! Pas le temps pour ça sur ma feuille de route !

Go for 2016, on verra bien !!! A vous, plein de bonheur et de joie !!

 





 

 

 

 

 

Posté par myrtille34 à 12:08 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , ,

15 novembre 2015

Il n'y a que l'amour. Vendredi 13 Novembre 2015.

paris

Hier, samedi 14 Novembre 2015. mon coeur a saigné. Comme celui d'une grande partie de l'Humanité.

J'étais brisée, sans voix, vide. J'avais la gueule de bois. J'étais errante dans ce cauchemar depuis la veille.

Je voulais juste que le monde se taise, je voulais le silence. Je voulais prier pour ceux qui sont partis sans raison, pour ces vies arrachées.

Aujourd'hui, je me suis reveillée pleine de vie, d'amour, de bienveillance.

Vivante pour ceux qui ne le sont plus.
Lumineuse contre ceux qui sont dans l'obscurité.
Aimante contre ceux qui ne sont que haine.

Au plus profond de moi, je me sens baignée de cet amour. Il ne guérit pas le chagrin. Il me fait rester debout, simplement, droite.

Je ne chante jamais la Marseillaise, je ne le ferai jamais.

J'aime notre Drapeau, et notre devise. Je suis croyante. Mon Dieu est Amour. J'ai le droit de croire.

J'ai le droit d'aimer. J'ai le droit de pleurer. J'ai le droit de choisir de rester debout. J'ai le droit de rire, de danser, de boire, de penser.

J'ai le droit d'écrire et de ne pas oublier.

Pour eux, pour moi, pour nous.

 

Posté par myrtille34 à 12:14 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , , ,

23 octobre 2015

Merci pour ce moment, ou comment pratiquer la gratitude, la vraie!

 sunset-hands-love-woman

Depuis que je m'intéresse et que je pratique la méditation (pas assez régulièrement en ce moment,malheureusement) je suis scotchée par ses effets sur mon mental.

Dès que je panique, que je stresse, ce qui m'arrive mille fois par jours, je ramène toutes mes pensées vers mon souffle et mon esprit s'apaise très vite. Prêt à repartir efficacement. En revanche, si d'autres personnes sont impliquées, je n'arrive pas à ce contrôle. Question d'entrainement sans doute!

Mais ce dont je veux vous parler aujourd'hui, c'est de la pratique de la gratitude. A ne pas confondre avec la politesse. Dire Merci, peut être le respect d'une convention sociale souvent ( et c'est déjà bien!), un reflexe lié à notre éducationComme dire Bonjour. Mais surtout, on peut dire merci en pensant exactement le contraire. On peut le dire d'un air pincé, avec agressivité, avec ironie.

La gratitude est un acte de reconnaisance profonde, quelque chose qui part du coeur, ou de l'esprit et qui va de l'un à l'autre sans s'exprimer verbalement. Du coup, comme on ne peut pas se mentir à soi même, la sincérité est garantie!

Chaque soir avant de m'endormir, je repense à ma journée et j'exprime mentalement de la gratitude à au moins trois personnes. Ca semble facile comme ça, mais il y a des jours où a priori je ne ressens de gratitude pour personne!!

Et pourtant...Une voisine avec qui j'ai papoté un moment, justement quand je me sentais un peu seule. Un fournisseur qui m'envoie un gentil mail pour me rassurer sur une question. Un petit signe de quelqu'un perdu de vue mais cher à mon coeur. Une amie à l'écoute de mes malheurs...

Derrière chacune de ces choses positives, petites ou grandes, qui a un moment de la journée, m'ont fait me sentir bien, ou mieux, il y a quelqu'un. Et je ne vais pas lui dire merci en face forcément, ça ferait louche parfois!

Mais à ce moment de l'avant nuit, dans le silence, pouvoir exprimer ma gratitude me permet d'envoyer un message, quelque part. Comme si je le posais par écrit. Surtout, cet exercice me permet de souligner le positif et de m'endormir enveloppée de ce sentiment très apaisant.

Cette pratique fait partie de mon P du soir depuis plusieurs mois et à force, même après une journée toute pourrie, je trouve toujours au moins trois personnes à remercier du fond de moi même. Même si je ne les connais pas en vrai. Par exemple, vous, lecteurs anonymes!

Essayez! 

Posté par myrtille34 à 07:51 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , , , ,

20 septembre 2015

Oui mais...#2 Arrêter de manger de la viande

 no-meat

 

D'un côté, le boeuf bourguignon, le Big Mac et la quiche lorraine. De l'autre, une vache trop mimi, un poussin adorable, un agneau tout doux.

En ce moment, le débat s'installe: a t-on encore le droit au 21eme siècle de manger des animaux? Les élevages intensifs et la pollution qu'ils induisent, la souffrance animale, les scandales sanitaires récents ne peuvent pas nous laisser indifférents!

Et à la maison, on commence à en parler, depuis que ma grande fille a croisé le tendre regard d'un cochon (à 4 pattes!) et a décidé de ne plus jamais croquer dans une saucisse ou une cotelette de porc. [Ce qui, sachant qu'elle ne mange déjà ni fromage, ni beurre, ni sauce tomate, est déjà un sacré casse tête à gérer!]

Renseignements pris auprès du corps médical, s'abstenir d'ingurgiter des protéines animales ne présente aucun risque pour la santé. L'alimentation végétale suffirait à couvrir l'ensemble de nos besoins. La question de la consommation d'oeufs, de produits laitiers et de poissons est moins tranchée, leurs apports ne pourraient être complétement égalés par des substituts végétaux.

Cela étant réglé, moi qui ne suis pas fan de barbaque en général, j'avoue que renoncer à certains petits plats me semble difficile au quotidien. Surtout n'étant pas non plus très cuisinière dans l'âme! Et pour avoir expérimenté, pour raison médicale, pendant à peine quelques semaines, une alimentation à base de tofu, de riz et de légumes, je me suis sacrément ennuyée à table!!

Pourtant, la tendance végétarienne (donc sans aucun produit lié à l'abattage d'un animal terrestre ou marin), voire végétalienne (ni oeuf, ni lait) se répand. A travers les discours enflammés et parfois culpabilisants de célébrités mais aussi chez les personnes très investies dans l'écologie,  dans le yoga, la méditation ou la conso raisonnée, toutes ces pratiques qui indirectement nous reconnectent à la nature en général.

J'ai rencontré récemment un jeune chef cuisinier qui lance une activité de traiteur végétarien à domicile. Pour lui, ce qui aujourd'hui est une tendance un peu bobo écolo bio va vite devenir un vrai mode de vie. Mais encore faut il avoir envie de se faire un plateau télé "algues marinées et quinoa aux raisins secs sur lit de concassée de tomates". Mouais....ça fait moyennement rêver!!!

Evidemment, une telle (r)évolution ne fait pas plaisir à nos amis de "l'Amour est dans le pré" et autres lobbyes agricoles!

Quant à moi, si je suis prête à baisser encore ma consommation de produits animaliers, je ne suis pas certaine de pouvoir me priver du plaisir d'un Big Mac (shame on me!), ou d'un bon foie gras (shame again!) ou encore d'un sushi de saumon.

Pour le poisson, je peux stopper complétement, c'est ce qui me semble le plus facile. Il me suffit de penser aux dauphins et aux requins massacrés, aux antibiotiques et métaux lourds dont sont gavés les saumons. Mais la carnivore qui sommeille en moi est plus difficile à maitriser!

Si l'on devait me coller une étiquette, je ferais donc partie des fléxitariens. Ceux qui ne se mouillent pas trop, les centristes de l'alimentation, ceux qui sont végétariens...sauf quand ils mangent de la viande de qualité, produite dans de bonnes conditions (donc beaucoup plus chère, consommer mieux reste un petit luxe!).

Jusqu'au jour où on nous révelera que les carottes aussi souffrent !!! 

Et vous? Arriveriez vous à changer de mode alimentaire ou pensez vous qu'il s'agit encore d'une mode qui passera? 

Posté par myrtille34 à 09:52 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , , , , , ,